Navigation – Plan du site

La revue

Son histoire et son identité

Fondée en 2010, SIGNATA a son siège principal au Centre de Sémiotique et Rhétorique de l’Université de Liège, mais revendique un ancrage international : elle est dirigée par une équipe de sémioticiens belges, français, luxembourgeois et italiens. Elle a été créée en réponse au besoin d’un recensement, d’une structuration et d’une mise à l’épreuve des recherches sémiotiques contemporaines, sans parti pris d’école ni frontières géographiques. Elle pratique l’évaluation par les pairs et publie des articles originaux en français et en anglais.

Entre 2010 et 2017, la revue a publié huit dossiers thématiques, sous format papier uniquement, aux Presses universitaires de Liège, et avec le soutien financier du F.R.S.-FNRS (Belgique) et de l’Université du Luxembourg. En 2017, elle a intégré le portail électronique Revues.org. À partir de 2019, elle envisage une diffusion uniquement électronique, intégrale et gratuite.

Son identité est celle d’une revue défendant un projet disciplinaire global et jouant un rôle fédérateur, soucieux de la qualité et de la rigueur des travaux publiés. Le choix de proposer des dossiers thématiques répond à l’objectif d’une cartographie périodique des problématiques qui animent la discipline, tant dans son actualité que dans son archive.

Son projet scientifique

Le titre SIGNATA condense deux questions principales sur le parcours de la discipline sémiotique : son origine en tant que science des signes et science de l’indicialité et de l’indexicalité, et son développement en tant qu’étude de l’acte de marquer et de tracer (le verbe latin signare signifie à la fois tracer et indiquer). SIGNATA se réfère donc simultanément aux objets tracés ainsi qu’aux pratiques d’inscription du sens.

La revue ne privilégie aucune théorie, aucune école ou aucun objet d’étude en particulier : son but est de nourrir la sémiotique comme projet disciplinaire. On envisage ainsi cette dernière comme discipline reposant sur des bases épistémologiques fortes ; on reconnaît en même temps que sa méthodologie s’est développée de manière plurielle, grâce à son dialogue constant avec des disciplines limitrophes telles que la linguistique, la rhétorique, la philosophie du langage, les sciences cognitives, l’esthétique, la sociologie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication.

La revue vise d’une part à recenser les questions actuellement discutées dans le domaine des sciences du langage et de l’autre à structurer des axes de recherche sémiotique internationalement reconnus. Sans se soucier des frontières géographiques, elle porte une attention toute particulière aux bibliographies récentes et aux débats de la dernière décennie sur le monde du sens et les procès de la signification. En même temps, elle propose d’articuler ces études autour d’un ensemble de concepts et de problématiques clé, que chaque numéro met en avant, de manière à profiler un projet disciplinaire global.

Sa politique éditoriale

SIGNATA est animée par un comité de direction et un comité de rédaction, qui proposent et arbitrent les orientations des dossiers. De manière cohérente avec le projet de la revue, le comité scientifique est double : d’une part un comité de protagonistes de la sémiotique provenant de tous les pays où cette discipline est principalement pratiquée (France, Italie, Belgique, Luxembourg, Allemagne, Danemark, Argentine, Brésil, Canada, États-Unis, Iran, Mexique…) et d’autre part un comité de représentants importants des disciplines voisines.

Chaque numéro de SIGNATA se compose d’un dossier thématique ; la revue accueille également des articles en « Varia ». Les articles doivent être originaux et rédigés en français ou en anglais.

SIGNATA propose en outre des chroniques recensant périodiquement les principales activités scientifiques menées par les centres de recherche en sémiotique partout dans le monde.

Le dossier thématique est dirigé tantôt par le comité de direction de la revue, tantôt par un(des) directeur(s) externe(s). Les articles des dossiers sont sollicités par les directeurs ; cependant, les thématiques des dossiers sont annoncées dans les appels en cours et chacun est libre de proposer un article s’intégrant dans la thématique retenue.

La revue accepte soit des articles dont le cadre méthodologique est explicitement celui de la sémiotique, soit des articles qui ont pour objet principal la sémiotique en tant que discipline.

Suivant ces deux critères, le secrétariat s’engage à donner une réponse sur la recevabilité dans les deux semaines suivant l’envoi. Cette réponse vaut également pour accusé de réception.

Une fois reçu, l’article soumis fait l’objet d’une évaluation en double aveugle, par un ou plusieurs spécialistes de l’objet traité – ceci vaut également pour les articles suscités, de quelque manière que ce soit, par la rédaction ou par le directeur d’un numéro. Le comité de direction de la revue prend connaissance des évaluations et rédige une synthèse d’environ 1 page à l’attention de l’auteur. Le secrétariat s’engage à transmettre cette synthèse aux auteurs dans un délai de deux mois suivant la réception de l’article.

La décision du comité de direction peut être de trois natures : 1) accepté sans modifications, 2) accepté moyennant modifications, 3) refusé. Dans le cas 1), le texte de l’auteur est directement soumis à l’éditeur pour mise en page. Dans le cas 2), l’auteur est invité à prendre en considération les remarques reprises dans la synthèse pour soumettre à nouveau une version révisée de son article. Cette version révisée fera à nouveau l’objet d’une évaluation. Dans le cas 3), la revue ne souhaite pas recevoir de version révisée de l’article.

La grille utilisée pour l’évaluation des articles est la suivante :

Appréciation générale

  • Pertinence du sujet avec la thématique du dossier

  • Originalité du traitement

  • Intérêt des conclusions

  • Portée théorique

Méthode de recherche

  • Pertinence de la méthodologie en regard de l’objet d’étude

  • Caractère inédit des données traitées

  • Rigueur du traitement des données

Argumentation / Discussion

  • Qualité de l’interprétation des données

  • Logique et structure de l’argumentation

  • Richesse des idées avancées

  • Liens avec la littérature spécialisée portant sur le sujet

Présentation

  • Structure d’ensemble de l’article

  • Clarté et concision du style

  • Qualité de la langue

  • Respect du protocole bibliographique

  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org