Navigation – Plan du site

Traduire : signes, textes, pratiques

Jacques Fontanille, Marco Sonzogni et Rovena Troqe
p. 7-14
Traduction(s) :
Translating: Signs, Texts, Practices

Texte intégral

1L’appel à contributions qui a abouti à ce numéro spécial de Signata était suffisamment large pour accueillir un grand nombre de réponses en termes de sujets, de disciplines, de langues, de cultures, de traditions, d’approches, de méthodologies et de pratiques. En effet, le nombre des propositions remarquables que nous avons reçu témoigne non seulement de l’importance de la sémiotique comme un apparat théorique efficace et fiable pour l’étude de la traduction, mais atteste également de son essor géographique et intellectuel en termes d’influence, de réception, et d’application. Les essais inclus dans Signata 7 reflètent des échanges multiples et variés entre sémiotique et traductologie.

2En effet, depuis que l’étude de la traduction a retrouvé sa place dans les sciences humaines, plusieurs disciplines se sont penchées sur la diversité et la complexité des questions qu’elle pose, en faisant varier les points de vue : non seulement linguistique, mais également culturel, littéraire, sociologique, médiatique, etc. Toutes ces réflexions et la juxtaposition de ces points de vue procurent substance, épaisseur et densité à un type de pratique qui se présente au premier abord comme particulièrement élusif et composite, et mettent en exergue la nécessité de considérer la traduction non seulement comme un objet pluridisciplinaire, mais plus précisément comme une activité proprement intersémiotique : elle fait sens, en effet, sous de multiples perspectives, mais encore faut-il que cette multiplicité de significations présente elle-même, sous des conditions qui restent à préciser, quelque cohérence globale. Notre hypothèse est à cet égard que le point de vue sémiotique est susceptible de contribuer à l’établissement de ces conditions.

3Face à des approches traductologiques qui restent aujourd’hui fort hétéroclites, ce numéro spécial propose des perspectives scientifiques qui n’appréhendent pas la traduction comme simple pratique linguistique, focalisée seulement sur certaines difficultés locales de la pratique traductive, mais qui questionnent globalement le sens que la traduction génère, à différents degrés de manifestation ; il s’agit là de rechercher et de proposer un ou plusieurs plans d’immanence homogènes et pertinents pour une reconstruction et une analyse du sens, qui pourraient notamment contribuer à faciliter et fonder les choix stratégiques du traducteur.

4Ce focus sémiotique permet d’observer et d’élaborer l’objet d’étude à distance et à proximité à la fois. De loin pour en apprécier les formes essentielles — son sens abstrait et virtuel : qu’est-ce que la traduction ? Peut-on en donner une définition générale ? Y a-t-il des valeurs et des qualités qui l’identifient ? Et dans une perspective plus proche et située : comment la définition de la traduction varie-t-elle en rapport à des valeurs socio-économiques spécifiques, à des exigences éditoriales ou à des idiosyncrasies qui impliquent et sollicitent une subjectivité et un style. Du point de vue de la méthode, la posture épistémologique sémiotique demande au chercheur, qu’il soit sémioticien ou traductologue, de déclarer en somme sur quel plan d’immanence il situe son analyse, et construire la signification de la traduction selon un ou plusieurs niveaux de pertinence, qui puissent être articulés avec tous les autres qui seraient envisageables.

5L’approche peircienne a été exceptionnellement productive dans le cadre de la théorie générale de la traduction, déterminant un réel progrès dans la définition de la traduction, vue comme une forme particulière de sémiose ou comme fondant un processus spécifique de la génération du sens, et notamment spécifique dans sa récursivité. En tant que processus sémiosique, en effet, la traduction est un ensemble signifiant qui renvoie à un autre ensemble signifiant, à travers des phases d’enrichissement et de développement progressifs. Cette vision rejoint parfaitement par ailleurs la perspective générative de la traductibilité, qui apparaît comme étant une des propriétés fondamentales des systèmes sémiotiques. La traduction, comme l’indique Greimas, s’intercale entre le jugement existentiel il y a du sens et la possibilité d’en dire quelque chose, autrement dit : parler du sens, c’est à la fois traduire et produire de la signification. Le discours méta-sémiotique est lui aussi une traduction, et dès lors, la question se précise : comment peut-on dire la signification d’un ensemble signifiant dans un autre ensemble signifiant, sans que pour autant ce dernier ne soit pas à proprement parler un discours méta‑sémiotique ?

6Dans ce mouvement de production, d’augmentation et d’extension des articulations de la signification, s’insèrent des préoccupations plus générales de nature herméneutique. Quand la traduction devient-elle une appropriation, une « domestication » ? Est-elle destinée à être une concrétisation inégale par rapport à son original ?

7La réflexion sur ces préoccupations dépasse les traditionnels lieux communs et le binarisme traditionnel qui accompagnent les théories de la traduction (l’opposition fidélité/infidélité, sourcier/cibliste, transparence/opacité, effacement/visibilité du traducteur, etc.) pour se placer dans une optique plus complexe, graduelle et nuancée, s’intéressant aux questions de la transposition (les traductions intersémiotiques), de la formalisation (les contributions poïétiques, la recréation, les aspects rhétoriques, les contraintes linguistiques, sociales, historiques, techniques) mais également de la diversité des inflexions culturelles, au-delà d’une vision trop exclusivement occidentale, en s’ouvrant à de nouvelles formes de traduction.

8Ce numéro spécial s’articule en quatre sections de taille inégale réunissant les essais selon une logique systémique. La première section s’intitulant Perspectives sémio-traductologiques présente des contributions traitant de la définition du concept de Traduction en tant que configuration sémiotique, et des problématiques qu’elle induit, produisant des effets de sens spécifiques. La section Transpositions entre sémiotiques verbales est consacrée aux sémioses verbales, plus particulièrement littéraires, et touche à des questions telles que le transfert, le texte, le medium, le contexte, la négociation, et la passion dans la traduction interlinguistique. La troisième section, Transposition entre sémiotiques verbales et non verbales, présente des études théoriques et appliquées à la traduction intersémiotique et développe des problématiques liées aux transpositions entre systèmes linguistiques et iconographiques, ainsi qu’aux défis et aux enjeux traductifs des textes multimodaux, médiatiques et artistiques. La quatrième et dernière section est un hommage à Umberto Eco, une personnalité éminente en sémiotique et en traduction : Richard Dixon, le traducteur en anglais de son dernier roman Numero zero, présente un témoignage qui relie, dans la meilleure tradition de la pensée d’Eco, réflexion théorique et exemples pratiques.

1. Perspectives sémio-traductologiques

9Susan Petrilli porte un regard vaste et acéré à la fois qui embrasse avec générosité et finesse toutes les formes de traduction, en faisant ressortir leur contribution au cœur même de la génération du sens. L’auteur souligne le lien étroit entre sémiotique et traduction, entre signification, vie-identité et traduction ; la signification ne pouvant être saisie que comme signification d’un signe dans son devenir autre, dans l’Autre. La non-exhaustivité, et donc la non-équivalence, dans le processus de transposition et de traduction des signes, laisse inévitablement et toujours une marge à l’évasion, à un développement ultérieur. La traduction est une condition fondamentale de la communication, elle est l’essence de la pensée car nous pensons et nous communiquons en traduisant entre les langues et par le biais de systèmes non-verbaux, et donc intersémiotiquement. Penser et communiquer impliquent toujours traduire. Petrilli propose ainsi une supra-catégorie traductive qui complète les typologies de Jakobson : la traduction « vitale » des signes car l’inhérence de la vie même des signes est la traduction. Sans traduction, transmutations, transformation, transposition il n’y aura pas de signe, pas de signification, pas de formes de vie. Et surtout, la traduction est une pratique qui a trait à une éthique de l’hospitalité, de la compréhension participative et réflexive de l’Autre ; elle se doit, en tant que pratique de vie, d’accueillir non seulement la langue et la culture du traducteur mais également celle du signe traduit, dans un processus dialogique et dialectique.

10Dinda Gorlée fonde son raisonnement sur une question bien connue en traductologie : la problématique de la dualité de termes (forme/sens, dénotation/connotation, signans/signatum, langue de départ/langue d’arrivée) qui a souvent pour inconvénient, dans une perspective normative, de réduire la traduction à un acte purement technique. En s’appuyant sur une critique de la pensée saussurienne, telle qu’elle adoptée par certains traductologues (notamment Vinay et Darbelnet), l’auteure présente une méthodologie traductive basée sur la sémiose peircienne et centrée sur la compétence linguistique et culturelle du traducteur ainsi que sur son intuition, sa mémoire et son expérience. Cette approche permet de dépasser une vision étroite et simpliste de la traduction vue comme équivalence fixe et mise en place de stratégies prédéterminées, pour ouvrir la voie à une conception récréative, dynamique et subjectivisée de la sémiose traductive.

2. Transpositions entre sémiotiques verbales

11Mohammad Ahmad Thawabteh démontre le rôle décisif de l’intertextualité culturelle dans le texte politico-religieux. L’étude d’un corpus de discours de Bin Laden permet de déceler un réseau complexe de références au Coran, aux dires prophétiques et à des termes préislamiques, destiné à renforcer la force communicative des propos tenus et à légitimer leur autorité aux yeux du public. Grâce à une approche fondée sur l’analyse du discours et sur la sémiotique, l’auteur souligne la nécessité pour le traducteur de prendre en charge la relation intertextuelle entre signes discrets dans un texte ainsi que de considérer le texte-signe dans une perspective globale dépassant l’équivalence biunivoque. La traduction relève alors un véritable défi : transposer dans une autre aire culturelle des intertextes fortement déterminés par leur propre environnement culturel.

12Roya Jabarouty étudie la question de la traduction des métaphores conceptuelles du persan en anglais ; les propositions et la méthode de Lakoff et de Johnson sont le point de départ pour une analyse qui souligne l’importance des compétences extralinguistiques nécessaires à la saisie de l’unicité des allusions, des éléments idiomatiques et des métaphores culturelles dans un texte littéraire. L’auteure encourage le dépassement des difficultés linguistiques par l’adoption d’un modèle sémiotique de décodage des composantes conceptuelles des métaphores dans le texte original et l’encodage dans le texte d’arrivée par la négociation et la priorisation au niveau macropropositionnel. Autre défi : comme la plupart des métaphores conceptuelles reposent sur le partage d’expériences sensibles et culturellement schématisées, la traduction doit ajuster ses expressions à des expériences similaires mais sensiblement différentes dans une autre culture.

13Alessandra Chiappori se penche sur les problèmes de traduction en italien de l’œuvre littéraire de Raymond Queneau, difficultés dérivées des différences entre les systèmes linguistiques en question, mais également du processus poïétique motivant l’écriture de l’auteur français. L’analyse des solutions traductives proposées par des auteurs renommés tels que Franco Fortini, Italo Calvino et Umberto Eco permet de mettre en lumière la richesse linguistique et le raffinement des procédés littéraires caractérisant l’œuvre de Queneau, et de montrer que l’activité de traduction est alimentée par une volonté créatrice qui engendre un nouveau texte et qui alimente une nouvelle littérature, car il faut non seulement traduire chacun des procédés, mais également et surtout transposer le système et le réseau esthétique qu’ils constituent tous ensemble.

14Federica Massia se penche sur le rôle de la traduction dans le processus de formation d’une langue nationale et d’une œuvre littéraire. Son étude présente une analyse soignée et approfondie des traductions du français en italien des Contes de Charles Perrault par Carlo Collodi et démontre comment les stratégies de recréation du texte traduit procurent à ce dernier une pleine autonomie par rapport à l’original, et répondent ainsi aux besoins linguistiques, communicatifs et socio-culturels de l’Italie à l’époque de la réunification. Nous franchissons ainsi un pas supplémentaire dans la transposition linguistique et culturelle : il ne s’agit plus seulement de s’ajuster à une autre langue et une autre culture, mais d’instaurer et de raffermir une culture en voie de transformation et de constitution.

15Diva Cardoso de Camargo montre la possibilité de rénover et approfondir une didactique de la traduction, fondée sur l’approche par corpora parallèles et comparables de textes littéraires brésiliens et anglais. L’appareil de recherche reprend les postulats des universaux de la traduction tout en les intégrant à une réflexion sur la dimension culturelle des textes traduits. L’objectif principal est mettre au point des activités didactiques permettant aux étudiants de développer les compétences interlinguistiques et interculturelles afin d’améliorer leur performance traductive.

16Yves Gambier présente une problématisation des concepts de texte et de pratique de la traduction, dans le nouvel environnement digital mondialisé. Tout en esquissant les étapes fondamentales de l’histoire des supports de traduction et en préconisant un approfondissement ultérieur, l’auteur souligne le rôle de la mondialisation et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, y compris leur impact profond sur la définition de l’objet d’étude en traductologie, sur les procédures traductives, sur la conceptualisation des genres textuels ainsi que sur les modalités d’action et d’interaction dans la genèse et dans la réception des produits de la traduction. La focalisation sur les textes multimodaux et les considérations sur la diversité des différents systèmes de signes impliqués dans la génération du sens textuel soulignent la nécessité d’une ouverture vers d’autres formes, pratiques et manifestations de la traduction. Le défi est alors prospectif, car il faut intégrer à la pratique traductive non seulement une diversification inédite des supports et des formes, mais également leur instabilité durable et constitutive de l’ère digitale.

3. Transposition entre sémiotiques verbales et non verbales

17Kay L. O’Halloran, Sabine Tan et Peter Wignell proposent une modélisation inédite des effets de resémiotisation intervenant dans les pratiques de traduction intersémiotique. Dans le processus intersémiotique, le choix des outils les plus adaptés à saisir et décrire les transformations qui surviennent quand le sens d’un texte est reconstruit avec des modalités et dans des média différents est un facteur discriminant, qui a des effets significatifs sur le résultat de la traduction. En fondant leur raisonnement sur la théorie systémique fonctionnelle de Halliday, les auteurs proposent une approche sociosémiotique susceptible de saisir les modifications du sens resémiotisé dans un corpus multimodal (langue, image et symboles) de textes diffusés par l’Organisation mondiale de la santé.

18Miguel Á. Bernal-Merino met en évidence l’importance économique et sociale de la localisation des jeux vidéo et la nécessité de réfléchir à des pratiques traductives qui restituent l’expérience ludique et esthétique des produits originaux. Face à une prise de conscience accrue des producteurs vis-à-vis des enjeux liés à une localisation efficace de leurs logiciels, le dispositif sémiotique permet une meilleure prise en charge des structures de signification et des modes d’interactions inhérent à ces textes multimodaux et par conséquent une production améliorée de jeux localisés. Il nous invite en somme à réfléchir aux effets à rebours de la mondialisation : au lieu d’assumer une banalisation et une neutralisation des différences socio-culturelles, les jeux vidéos incitent au contraire à un ancrage spécifique en la matière, dont la traduction devra transposer, justement, ce qui semble intuitivement une dimension irréductiblement singulière.

19Sabrina Baldo oppose aux sous-titres classiques la pratique innovante et actuelle du sous-titrage spécial. En se fondant sur l’analyse d’un corpus d’extraits filmiques, l’auteure illustre de nouvelles méthodes d’adaptation visant à dépasser la rigidité du sous-titrage classique et à mieux répondre aux contraintes lexicales, syntaxiques et spatiotemporelles qui, typiquement, rendent la pratique traductive ardue dans ce domaine. Ces nouvelles techniques permettent ainsi de mieux intégrer les sous-titres non plus par une volonté d’effacement de ce dispositif, mais plutôt par sa mise en valeur en tant qu’élément d’intensification de la charge thymique et esthétique du support filmique même. D’une certaine manière, la traduction procède dans ce cas à une recatégorisation sémiotique des sous-titres : ce sont plus seulement des énoncés verbaux qu’il faut traduire, mais des dispositifs complexes visuo-kiné-graphiques qu’il faut transposer.

20Evangelos Kourdis présente une riche étude sur les modalités sémiotiques d’expression de l’idéologie nationale grecque durant les guerres balkaniques 1912-1913. Le corpus d’analyse se compose de lithographies de l’époque présentant des images (traduction intersémiotique) et des inscriptions linguistiques en grec et leurs traductions françaises (traduction interlinguistique). La perspective sémiotique permet ici de dévoiler la charge thymique de ces lithographies ainsi que leur caractère artistique et médiatique servant la cause nationale d’un État hellénique en voie de création. C’est en quelque sorte un autre cas où la traduction contribue à transformer, instaurer et affirmer une nouvelle ère culturelle.

21Richard Shiff touche directement à la question initiale des relations entre la traduction et la dimension méta-sémiotique. Il se livre en effet à une démonstration selon laquelle « toute interprétation est une traduction », fortement appuyée sur la philosophie de l’art, par laquelle il montre comment les technologies actuelles de visualisation perturbent les conditions habituelles de la transposition interprétative, entre figure, perception et restitution du sens. L’auteur touche ainsi à des thématiques fondamentales pour la sémiotique et la traductologie telles que la hiérarchie conceptuelle et opérative entre traduction et interprétation, et la problématique du dynamisme du sens, des différents niveaux de pertinence dans le transfert traductif, et il ouvre également à une interdisciplinarité féconde, visant à appréhender la question de l’indécidabilité, de la performance et de l’expérience, de l’opposition entre signification conceptuelle et thymique.

22Loveday Kempthorne et Peter Donelan dirigent leur réflexion sur le croisement inédit des systèmes respectivement poétique et mathématique dans l’œuvre de Dan Barbilian alias Ion Barbu. Par une étude originale du travail de cet écrivain roumain dans des domaines apparemment situés aux antipodes l’un de l’autre, les auteurs dévoilent les relations et le symbolisme algébrique et géométrique sous-jacent la production poétique et reconstruisent ainsi les passages intersémiotiques entre l’idéal mathématique et la spiritualité lyrique. Cette étude met en lumière, de ce fait même, l’un des présupposés de l’activité de traduction : la reconnaissance ou la construction de schèmes ou de modèles génératifs sous-jacents, et autant que possible communs entre les deux ensembles que la traduction relie.

23Emerald L. King présente un cas inédit de traduction intersémiotique entre des textes icono-verbaux et des pratiques de spectacle. Tout en conceptualisant son objet d’étude, le cosplay, en tant que texte et pratique artistique qui s’approprie et transforme une histoire préexistante selon les valeurs culturelles de la communauté d’accueil, l’auteure analyse un corpus choisi de costumes et met en évidence les modifications et les adaptations de sens linguistiques et trans-médiatiques qui ont lieu au cours des transferts interculturels.

4. In memoriam : Umberto Eco (1932-2016)

24La dernière section de ce numéro spécial présente un témoignage de traduction interlinguistique littéraire. L’essai de Richard Dixon enrichit le discours théorique jusqu’ici présenté par de précieuses réflexions personnelles sur les solutions de traduction qui lui permettent de surmonter les principales difficultés dans les œuvres d’Umberto Eco, ainsi que sur l’importance du rapport collaboratif et des échanges interpersonnels directs entre traducteur et auteur. Ce témoignage est également une forme d’hommage rendu à Umberto Eco dont l’œuvre constitue une référence incontournable pour la sémiotique et la traductologie. C’est Eco lui‑même qui disait que la langue de l’Europe, « c’est la traduction ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Fontanille, Marco Sonzogni et Rovena Troqe, « Traduire : signes, textes, pratiques », Signata, 7 | 2016, 7-14.

Référence électronique

Jacques Fontanille, Marco Sonzogni et Rovena Troqe, « Traduire : signes, textes, pratiques », Signata [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://signata.revues.org/1251

Haut de page

Auteurs

Jacques Fontanille

Université de Limoges

Articles du même auteur

Marco Sonzogni

Université de Wellington

Rovena Troqe

Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org