Navigation – Plan du site
Dossier
1. Semiotranslational perspectives

De la traduction à la sémiotraduction

Dinda L. Gorlée
p. 57-69

Résumés

En première partie, Des signes interprétés aux signes interprétatifs, le mécanisme de traduction construit des connexions logiques et non-logiques entre le signe linguistique et l’objet du texte source. Tandis que la traduction saussurienne est une compétence en deux étapes qui transpose du texte source au texte cible, le concept de sémiotraduction complète la stratégie des signes en interne de Saussure avec les signes interprétants en externe de Peirce. Les interprétants garantissent la sémiotraduction du texte source dans le texte cible. Les effets « naturels » de la sémiose agissent en trois étapes étant à la fois de « bonnes » et de « mauvaises » traductions faites par le traducteur. La signature sémiotique du traducteur implique les qualités émotionnelles, énergétiques et logiques du système de signes original et traduit. En deuxième partie, De l’intersémiose à la trans-sémiose, les trois types de traduction de Jakobson : intralinguale, interlinguale et intersémiotique, démontrent que la sémiotraduction génère l’intersémiose de Peirce. La sémiotraduction forme des habitudes centrées sur l’objectif mais sans résultat fixe, aucune méthode fixe, aucune redéfinition fixe et aucun agent fixe. Tout résultat, méthode et agent sont des essais provisoires, tentatives temporaires pour fabriquer des versions de traduction. Peirce et son idée révolutionnaire et sceptique des signes linguistiques inclut signes graphiques, acoustiques, optiques et autres signes non-linguistiques pour créer une sémiose intertextuelle, une intersémiose extralinguistique et une trans-sémiose artistique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version corrigée et revue de l’article publié pour le 12e congrès IASS. Traduction de l’anglais par Luc Arnault de l’article « From Translation To Semiotranslation », in Bankov (eds.), New Semiotics Between Tradition and Innovation ( = Proceedings of the 12th World Congress of the International Association of Semiotics [IASS]). Sofia, IASS Publications & NBU Publishing House, disponible sur http://www.iass-ais.org/proceedings2014/view_lesson.php?id=16 (ISSN 2414-6862).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Plan

1. Des signes interprétés aux signes interprétatifs
2. De la sémiose à la trans-sémiose
Conclusion

Aperçu du texte

1. Des signes interprétés aux signes interprétatifs

On peut définir le but idéal de la traduction comme le remplacement parfait en un seul sens du matériau textuel dans la langue du texte source par un matériau textuel équivalent dans une autre langue. Cette recréation dans une autre langue est faite par un agent humain (le traducteur) pour adapter (re-imaginer, remodeler, reconstruire, rebâtir) le tissu thématique, spatiotemporel et conceptuel d’un texte source dans la langue du texte cible. Avec en tête cette définition, imaginez la Bible originale en hébreu et en grec traduite dans des milliers de langues comme l’idéal original du christianisme, sacralisant ainsi les études de traduction qui suivirent et qui donnèrent naissance aux études et à la critique de traduction contemporaines. De plus, considérez les différentes formes de traduction aujourd’hui : instructions techniques traduites du suédois au français, contrat juridique de l’arabe au hollandais, lettre d’amour en anglais ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dinda L. Gorlée, « De la traduction à la sémiotraduction », Signata, 7 | 2016, 57-69.

Référence électronique

Dinda L. Gorlée, « De la traduction à la sémiotraduction », Signata [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://signata.revues.org/1177 ; DOI : 10.4000/signata.1177

Haut de page

Auteur

Dinda L. Gorlée

Dinda L. Gorlée (b. 1943), linguist, semiotician, translation theoretician with interest in interarts studies and culture, affiliated with Wittgenstein Archives (University of Bergen). Most recent academic function Visiting Professor at University of Helsinki. Gorlée is Associate Editor of American Book Review of the University of Houston in Victoria, Texas. Recent books are Wittgenstein in Translation : Exploring Semiotic Signatures (2012) and From Translation to Transduction : The Glassy Essence of Intersemiosis (2015). Recent articles include “Peirce’s Logotheca” (2012), “From words and sentences to interjections : The anatomy of exclamations in Peirce and Wittgenstein” (2015), “Kenneth L. Pike and science fiction” (2015), “Wittgenstein’s persuasive rhetoric” (2015), and “From translation to semiotranslation” (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • Revues.org